• Un débat d'orientation budgétaire surréaliste !

    Je publie le texte de mon intervention au Conseil d'Agglomération du Grand Rodez, de mardi soir.


    Ce Document d'Orientation Budgétaire n'est pas réaliste. 

    Pourquoi ?

    Parce que nos 5 M€ d'épargne vont fondre comme la neige au soleil sous l'effet de la disparition de la Taxe Professionnelle (nos recettes à l'avenir vont augmenter très faiblement), sous l'effet de l'augmentation des charges de fonctionnement du futur pôle muséal (le fonctionnement des 3 musées va générer un lourd déficit) et sous l'effet du nécessaire soutien croissant aux transports urbains (le coût de l'énergie et de la main-d'œuvre croit plus vite que les recettes)! 

    D'un autre côté, nous avons un rythme d'investissement excessivement élevé qui est financé massivement par des emprunts. L'encours de la dette fin 2011 explose à 46M€. À combien sera t'il fin 2012, avec le programme d'investissement de plus de 28M€ qui est programmé ? J'ose à peine l'imaginer.

    Tout le monde sait comme moi que nous sommes en surchauffe de l'investissement: notre Agglo investit autant que les 200.000 hab de Limoges !!! C'est pas très durable tout ça !

    Mais malheureusement il n'y aura pas de miracle. Si nous n'inversons pas la tendance maintenant, ce qui nous "pend au nez", c'est une augmentation très importante de la Taxe d' Habitation payée par les ménages du Grand Rodez avec en prime la rigueur à tous les étages ! 

     

    Je n'invente rien: ces réalités ont été discutées en "commission des finances" ! Voila pourquoi je maintiens que ce DOB n'est pas réaliste. Il ne nous permet pas de nous orienter dans la bonne direction, au contraire il nous enferme dans notre erreur !

    Et notre erreur porte un nom: c'est le surinvestissement.

     

    Combien de fois n'a t'on pas entendu dans cette assemblée les discours enflammés vantant les vertus de l'investissement pourvoyeur d'emploi et de pouvoir d'achat ? Combien de fois n'a t'on pas entendu les comparaisons flatteuses entre les niveaux d'investissement de certaines collectivités et celui du Conseil Général ? Ces discours nous font croire que nous vivons à l'intérieur du Grand Rodez, dans une bulle d'investissement vertueux qui tire l'ensemble de l'économie Aveyronnaise.

    Mais quand est ce qu'un investissement cesse d'être positif et devient un boulet pour la collectivité ? cela arrive quand trop d'investissements tue l'investissement, cela se passe quand il y a surchauffe et cette situation nous la vivons en ce moment au GR !

    Alors non non et non, il n'est pas opportun d'écrire (p8 du DOB) qu'il faut "Affirmer la vocation de l'Agglo dans sa mission d'investissement…." Dans notre contexte, au contraire il est urgent de lever le pied du surinvestissement, de faire des choix courageux pour décaler dans le temps les investissements prévus.  

    Tout le monde connaît ce jeu radiophonique "Stop ou encore" où l'on doit téléphoner pour encourager ou bien au contraire arrêter le chanteur de son choix. Et bien nous il nous faut massivement nous manifester pour dire "stop au surinvestissement"!.

     

    Alors je sais que Christian Teyssedre vas m'objecter que la Crise Financière est passée par là et que le gouvernement est responsable de la situation en supprimant la Taxe Professionnelle. Évidemment, et il faudra des réponses politiques pour sortir de la crise et combattre le désengagement de l'État.

    Mais nos concitoyens attendent autre chose des gestionnaires et des responsables de collectivités comme nous.  Ils n'ont pas besoin qu'on se lamente, qu'on dénonce ou qu'on cherche des coupables ailleurs. NON. Ils attendent de nous que nous soyons réactifs et que nous trouvions des solutions face aux difficultés. On ne peut pas accuser les autres de nos propres comportements car quand la crise est survenue et face à la suppression de la Taxe Professionnelle, nous pouvions (nous pouvons encore) "réduire la voilure investissement", nous pouvons réduire notre exposition face au risque de sur-endettement. Au lieu de cela, nous avons fièrement "affirmer notre vocation dans notre mission…" et nous avons laissé le robinet de l'investissement grand ouvert. Et pour 2012, idem !!  

     

    Aujourd'hui ceux qui en connaissant notre situation financière fragile continue à prôner l'investissement massif se comportent comme des "pompiers pyromanes". Ils mettent le feu aujourd'hui pour expliquer demain, la main sur le cœur, qu'ils seront obligés d'augmenter les impôts, la faute à la crise et au gouvernement ! Personnellement, je dis qu'il n'y a pas de crédibilité politique dans cette voie là !

     

    Mais alors quelle orientation prendre, quelle vision développer ?

     

    Premièrement, je souhaite que les conseillers communautaires que nous sommes expriment  une commande politique nouvelle et sans équivoque: le lissage des investissements dans le temps. Je souhaite qu'une "commission finances" fasse, avant le vote du budget, des propositions concrètes visant à réduire notre surinvestissement dès cette année. Cela demandera du courage et il faudra mettre un mouchoir sur notre égo politique mais c'est le prix à payer pour notre survie commune.

    Deuxièmement, je propose que soit lancée la réflexion sur le projet pour notre Agglo car la convention territoriale qui nous lie à l'État et à la Région se termine dans 2 ans. Travailler sur le projet d'Agglo "2014-2020" me semble plus pertinent que de "se recentrer sur nos compétences obligatoires", formule qui me semble équivoque !

    Troisièmement,  je propose enfin que dans le cadre du "tandem communes - communautés" qui est évoqué dans la note, nous puissions avoir, fin 2012, un document d'orientation budgétaire commun entre nos 8 communes et l'Agglo.

    .................


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :