• Six ans de tergiversations pour rien !

    Dans le cadre de la campagne électorale, je vais me pencher dans les prochains billets sur certains dossiers qui ont émaillé les débats du conseil municipal entre 2008 et 2014...

     

    Six ans de tergiversations pour rien ! C'est en gros le bilan de la municipalité au sujet de la construction d'un crématorium à Rodez. On touche là le fond de la gouvernance à la mode Teyssedre !

    Au mépris de tout débat, le Maire de Rodez était prêt à confier la construction et la gestion du futur crématorium à un exploitant privé en lançant une "délégation de service public". Je dis qu'il s'agit d'une démarche au mépris de tout débat car il n'y a pas eu, malgré mes multiples demandes, de débat sur l'opportunité et sur la faisabilité d'autres systèmes de gestion. En dehors du recours au privé point de salut selon le Maire. Circulez, il n'y a rien à discuter !!! J'en ai fait personnellement les frais lors de plusieurs conseils municipaux.

    Aveuglé par sa volonté de confier la construction/gestion d'un tel équipement à une société privée, le Maire ne s'était  d'ailleurs pas rendu compte qu'il n'était pas juridiquement "dans les clous" et c'est la préfecture qui l'a obligé à tout arrêter et tout reprendre à zéro ! Ce sera un dossier pour la prochaine équipe !

    En considérant la DSP (délégation de service public) comme l'unique mode de gestion de ce crématorium, le Maire et le conseil municipal de Rodez se privaient d'autres formes de gestion qui auraient du être analysés et étudiés en détail.

    Il y a par exemple une exploitation en régie municipale : dans ce cas la construction et la gestion du crématorium sont assurées par les services municipaux, avec des agents spécialement formés et dédiés à cette fonction. Plusieurs élus et agents des services ont même été visiter le crématorium de Sète qui semblait retenir toute leur attention ! Mais la principale critique formulée par le Maire contre ce mode de gestion est le fait qu'il faudrait que la commune investisse pour réaliser ce crématorium, ce qu'elle n'aurait pas les moyens de faire (dixit le Maire) ! Qui peut prétendre que la commune n'a pas 1,5 million d'euros à investir dans ce crématorium alors qu'elle vient d'investir plusieurs dizaines de millions dans la rénovation de la voirie du centre-ville de Rodez ? 

     

    Mais en admettant que la construction et la gestion d'un crématorium en régie municipale soient impossible, il existe, malgré tout, un autre mode de gestion public qui s'appelle la société publique locale (SPL) et qui évite à la commune de s'endetter. Voilà le mode de gestion que je trouverais pertinent d'étudier. Pourquoi ? 

    Parce qu'il existe d'autres collectivités en Midi-Pyrénées qui utilisent une société publique locale pour construire et gérer leurs crématoriums; à Albi par exemple ! J'ai personnellement rencontré l'adjoint de la ville d'Albi responsable du crématorium ainsi que son directeur. Tous les deux m'ont dit l'intérêt bénéfique pour chaque commune à collaborer (entre Rodez et Albi) au travers d'une société publique locale commune pour gérer les deux crématoriums en commun.

    J'avais personnellement rencontré le maire de Rodez à deux occasions pour lui faire part de mes discussions positives avec les responsables albigeois et leur volonté de travailler en commun et en collaboration avec Rodez. Malgré cela le maire de Rodez n'a jamais voulu donner suite à l'idée d'organiser un débat contradictoire: c'est sa conception de la gouvernance des affaires publiques !

     

    Sur ce dossier, comme sur d'autres (eau potable, école F.Fabié,…) des élus socialistes, du Front de Gauche ou encore M.C. Carlin furent au diapason du Maire, lui permettant d'agir à sa guise. Défendre verbalement le service public sur les tribunes électorales et lors des manifestations de rue mais ne pas traduire cet engagement dans leurs actes de gestion, voila une constante de nombreux militants de la "gôôche" ruthénoise.

     

    Personnellement, cela me conforte dans le fait que le débat sur les étiquettes (droite/gauche) n'a pas de sens s'il est déconnecté des valeurs et des pratiques.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :