• Salut fraternel aux élus démissionnaires du Baraquevillois.

    Ce samedi 15 mars, les élus de la Communauté de Communes du Pays Baraquevillois venaient rendre leur écharpe et présenter leur démission à la Préfecture. J'ai participé à ce rassemblement pour leur manifester mon soutien et pour souligner l'immense gâchis occasionné par ce remodelage administratif.

    C’est à partir d’Octobre 2011 que Baraqueville, Manhac et Camboulazet ont commencé à intégrer le Grand Rodez.

    Je n'avais pas approuvé cette décision pour 2 raisons: 

    • je n'acceptais pas ce "jeu de mécano administratif" qui laissait l'intercommunalité baraquevilloise exsangue. J'avais raison: aujourd'hui la Communauté de Communes du Pays Baraquevillois dispose des recettes fiscales de 7 communes tout en ayant à sa charge la dette des 10 anciennes communes ! Situation intenable…
    • je refusais la précipitation qui amenait le Grand Rodez à prendre une décision "à l'aveugle" car nous n'avions pas analysé ensemble sereinement ce qui pourrait être le contenu de notre projet commun. J'avais raison: aujourd'hui l'arrivée, dans ces conditions, des trois nouvelles communes va représenter une charge importante pour le budget de l'Agglomération.

    Mais pourquoi donc avoir agi de la sorte ?

    Le Grand Rodez doit s'ouvrir pour atteindre une taille réaliste et raisonnable. Cela exclut les projections fantaisistes d'une Agglomération à 100.000 hab comme le répète C.Teyssedre. Il faut garder à l'esprit qu'avec notre géographie et l'habitat dispersé, un agrandissement trop important n'est pas synonyme d'économies d'échelle ! Toutefois s'agrandir ne peut pas se faire à la hussarde, au détriment de nos voisins. Posons nous la question de savoir comment cette adhésion "à pas forcés" est reçue et de quel capital confiance nous aurons désormais dans nos relations futures avec Marcillac, Bozouls, Pont de Salars ou Cassagnes-Bégonhès ? 

    L'empressement qui a conduit l'Agglomération a "accueillir" Baraqueville et Manhac est avant tout politicien: il s'agissait pour Messieurs Mouly et Teyssedre d'afficher à tout prix un agrandissement là où leur prédécesseur avait échoué. 

     

    C'est ce manque de vision et de coopération ainsi que cet empressement qu'il s'agit aujourd'hui de sanctionner dans les urnes.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :