• Le score de Monique Herment-Bultel est "historique": 49,3%. Jamais les gauches et les écologistes rassemblés n'avaient atteint ce score sur cette circonscription. Je suis allé, dimanche soir la féliciter et la soutenir (la fédération du PS avait organisé une réception) car il faut du courage pour porter sur ses épaules une campagne électorale dans les conditions difficiles qui ont été les siennes. Même si je ne partage pas toujours ses engagements locaux en tant que maire adjointe, je l'ai soutenue, au second tour, car elle incarnait un possible renouveau politique que j'espérais pour notre circonscription.

    En fait sa candidature, toute proportion gardée, fut comparable à mes yeux à celle d'Eva Joly dans le sens où, toutes les deux, ont été mises en difficulté par leur propre "famille politique".

    D'abord il y eut le combat fratricide des socialistes ruthénois pour arracher une candidature socialiste sur la circonscription de Rodez contre le choix de C.Teyssedre et d'A.Fauconnier qui avaient eux imposé S.Mazars à la commission d'investiture…

    Ensuite, il y a eu la primaire socialiste où Monique Herment-Bultel a du s'imposer face à L.Mouly qui était soutenu, là encore, par C.Teyssedre !

    Enfin, il y a eu cette campagne électorale surprenante où les coups "en douce" entre elle et S.Mazars n'ont pas manqué, un peu à la manière d'un combat de boxe, où les directs au foie affaiblissent l'adversaire sans le terrasser. La campagne du PS et du PRG, axée sur le vote utile, censé incarner la capacité à battre Censi, a miné le vainqueur du premier tour en laissant des plaies ouvertes et des rancœurs qui pèsent quelques centaines de voix, ces fameuses voix manquantes pour faire la différence et l'emporter au second tour !

    Faut il s'étonner de la fuite des voix "centristes" que S.Mazars avait captées et qui manquent à M.Herment-Bultel ? Cela semblait inévitable ! Tout comme il était inévitable que si S.Mazars avait été au second tour, il aurait été en difficulté pour rassembler la gauche après avoir fait la danse du ventre avec ce qui reste du Modem… Les circonvolutions politiciennes sont de mon point de vue des tactiques qui n'honorent pas ceux qui les pratiquent : elles mènent à la déception et ne passionnent pas les citoyens. Preuve, la participation qui bien que supérieure à la moyenne nationale, est en berne.

    Je dois remarquer qu'un phénomène ruthénois m' a sauté aux yeux, quoique peu analysé par les chroniqueurs: l'importance des nuls/blancs sur la seule commune de Rodez. Plus de 400 bulletins nuls, soit 4,5% des votants, là où la moyenne de la circonscription (hors Rodez) se situe à 3%… 

    Faut-il y voir un signal en direction de la première adjointe ruthénoise ? Est-ce un avertissement au Maire ? J'aurais tendance à le penser: il y a un an, les résultats de l'élection cantonale de Rodez-Est sonnaient l'alarme. Un coup de rein mobilisateur des partisans de B.Saules et un nombre important de nuls/blancs avaient, au second tour, fini par évincer S.Bultel à la surprise générale ! Dimanche soir, Christian Teyssedre affichait un air confiant (méthode Coué ?), semblant penser que les élections municipales de 2014 ne seraient qu'une formalité…

    Je défends un point de vue différent: sa "gouvernance" de l'équipe municipale met à mal sa cohésion. Ses derniers choix de tactique électorale contre M.Herment-Bultel se révèlent être des fiascos et pire, ils ne permettent pas au Parti Socialiste ruthénois de rassembler au second tour  ! Il a l'autorité d'un seigneur enfermé dans son donjon municipal. Saura t'il en sortir ?

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Europe Écologie est à 3% sur la 1°circonscription de Rodez.

    Avec évidemment des différences entre les communes : 4% à Rodez ou 0% à Coussergues …

     

    Ce résultat est la conséquence d'une double conjonction.

    Nous sommes dans un sillon national issu des présidentielles et nous avons été pris en étau par le "votre utile" local qui a amené nombre d'électeurs écolos à voter plutôt pour S.Mazars afin de le positionner avantageusement pour le second tour….

     

    Personnellement je regrette ce score trop faible: nous aurons du mal à peser sur les politiques qui ne manqueront pas (je commence à les connaître) de nous rappeler cette faiblesse électorale. En même temps, je sais que l'écologie ne se vit pas que dans le rapport de force politique. La créativité et les nombreuses actions d'un tissu associatif vivant contribuent aussi à la faire vivre. Il est vraiment dommage que ce dynamisme là ne trouve pas sa traduction politique !

    Rendez-vous est pris, d'abord le 17 juin pour le second tour de l'élection législative. 

    Europe-Écologie-Les Verts (EELV) a signé un accord national avec le PS: je le respecterai en toute loyauté. EELV n'agira pas en directeur de conscience pour dicter un choix car chaque citoyen est libre de penser, d'agir et de voter en toute liberté… Mon soutien ira le 17 juin à Monique Herment-Bultel… et j'éspère que les électeurs écolos seront nombreux à faire ce choix réfléchi.

     

    Rendez-vous est pris, ensuite pour l'après législatives. 

    Un des nos objectifs de la campagne électorale était aussi de lancer un vaste renouvellement/élargissement de la mouvance écologiste sur le ruthénois. À l'issue de nos rencontres, il ressort qu'un mouvement local et citoyen pourrait être susceptible de porter l'espoir d'un renouvellement des pratiques politiques en faisant la synthèse entre les préoccupations sociales, citoyennes et écologistes… Je vais m'atteler à cette tâche.

     

    Mais avant tout cela, je serai les 16 et 17 juin prochains, à Vabre, pour le festival des "Chantiers de l'Utopie".


    votre commentaire
  • Je réponds à deux questions qui m’ont été posées durant ces rencontres avec les citoyens qui ont émaillé la «campagne électorale».

     

    1.Les écologistes sont incorrigibles ! Pourquoi n’arrivent-ils pas à s’entendre ? Il y a par exemple deux candidats écolos sur la circonscription de Rodez...

    Effectivement, à chaque élection législative c'est la même chose : il y a sur la circonscription des candidats qui se revendiquant de l'écologie ! Cette fois ci, AEI. Il y a une explication simple: le financement public des partis politiques est calculé en France à partir du nombre de voix réalisé aux élections législatives. La loi prévoit qu'un parti perçoit pendant cinq ans un versement proportionnel au nombre de voix, s'il a passé le seuil de 1% des voix dans 50 circonscriptions: à ce titre Europe Écologie-Les Verts (national) a reçu, en 2011, la somme de 1.368.704€, soit 1,59€ par voix recuillie en 2007. Ce financement est complété par le versement en fonction du nombre de parlementaires «rattachés». Par exemple, Le Trèfle a reçu près de 800 000 € en 2011 ! Vous connaissiez Le Trèfle ? Dur de dire ce qu'ils ont fait sur le terrain depuis 5 ans et comment ils dépensent cet argent public.

    Contrairement à Europe Écologie Les Verts, ces mouvements ne se présentent pas aux autres élections nationales et locales car elles ne "rapportent" pas d'argent ! Contrairement à Europe Écologie Les Verts, ces mouvements ne cherchent pas à être présents dans les conseils municipaux, généraux, régionaux et au parlement européen et ils ne font aucun travail de terrain.

    Remarquons enfin que la multiplicité de candidatures n’est pas propre aux écologistes. Combien de «chapelles» différentes concernant les communistes, les radicaux, les socialistes plus ou moins à gauche ou au centre, les droites plus ou moins à droite ou au centre, les nationalistes plus ou moins ultra...!

    En tout cas, le 10 juin, ne vous trompez pas de bulletin, même si les deux sont de couleur verte !

     

    2.Les écologistes sont extrémistes !

    Il s’agit le plus souvent d’impressions générales par rapport à la perception que certaines personnes ont de notre action. Quand j’ai demandé à ces personnes de me dire ce qui est extrémiste dans mon action d’élu écolo... je n’ai jamais eu de réponse ! Par contre nos opposants ou contradicteurs politiques ne se lassent pas de nous décrire comme tels. 

    Le dernier en date est Yves Censi à qui le journaliste de la Dépêche prête les propos suivants, en parlant de moi: «...Sa vision de l'écologie extrémiste me paraît trop irréaliste.» Est-il extrémiste de vouloir réduire les déchets ? Le programme de réduction que j’ai contribué à développer sur l’Agglo commence à porter quelques fruits: est-ce irréaliste ? Est-il extrémiste de vouloir instituer une taxation de l’énergie pour financer les mesures de réhabilitation de l’habitat et les transports en commun ? La Suède et l’Allemagne le font avec succès: est-ce irréaliste ?

    Quand nous défendons, à l’Agglo, un service public des transports ou en mairie de Rodez, un service public funéraire, nous trouvons malheureusement en face de nous «la gauche» qui n’est pas en reste pour, elle aussi, nous tacler sur notre «jusqu’au boutisme»... Alors que d’autres collectivités le pratiquent: est-ce si irréaliste ? 

    À ce sujet, je ne résiste pas au plaisir de signaler au lecteur de ce blog que notre proposition d’une tarification sociale et écologique de l’eau (qui est depuis deux ans rejetée par la Commune de Rodez) sera désormais soutenue par le PS et le Front de Gauche. C’est du moins l’engagement que j’ai lu dans les circulaires électorales des 2 candidats. Il ne leur restera plus qu’à se joindre à nous pour convaincre le maire et l’adjoint en charge de la gestion de l’eau afin de faire avancer ce dossier...

    Pourquoi des concurrents ou des opposants veulent ils me dénigrer en me (dis)qualifiant d’extrémiste ? Peut-être s’agit-il simplement d’éviter de débattre sur le niveau d’ambition qu’ils se donnent (ou pas) !

     

    ++++++++++++

    Loi du 11 mars 1988 relative à la transparence financière de la vie politique, article 9: ...la première fraction des aides prévues.. est attribuée... aux partis et groupements politiques qui ont présenté lors du plus récent renouvellement de l'Assemblée nationale des candidats ayant obtenu chacun au moins 1 % des suffrages exprimés dans au moins cinquante circonscriptions...la répartition est effectuée proportionnellement au nombre de suffrages obtenus au premier tour...

     

    -------------------------------------

     

    Réactions au sondage paru dans Midi-Libre et Centre-Presse


    Je parle « vrai ». Je suis surpris et déçu des prévisions de 3% de vote pour nous écologistes. Il y aurait ainsi dans ce sondage la confirmation d'un "vote national" des électeurs qui ne prendraient pas en comptent la dimension locale de notre engagement et de notre travail d'élus à la Mairie ou à l'Agglomération. Nous attendons un sursaut après l'électrochoc du sondage.

     

    Nous défendons l'idée que l'on peut créer en terme d'emplois, l'équivalent de plusieurs usines Bosch à l'échelle de l'Aveyron si les collectivités investissent massivement dans les économies d'énergies. En effet cela nécessitera par exemple plus de maçons, de couvreurs ou de menuisiers…

     

    Nous défendons l'idée que le pouvoir d'achat des aveyronnais peut s'améliorer si nous diminuons les charges liées aux consommations d'énergies dans l'habitat ou dans les transports.

     

    Nous affirmons que la santé des consommateurs et des agriculteurs sera améliorée par une alimentation et une agriculture de qualité et respectueuse de l'environnement.

     

    Malheureusement notre argumentation a été aveuglée par un discours biaisé sur le fameux vote utile. Il fallait voter, dès le 10 juin, pour le seul et unique candidat capable de battre la droite.

    Aujourd'hui, et c'est une vertu de ce sondage, les choses sont claires. Nous aurons un 2°tour serré, où la gauche emmenée par la candidate PS peut l'emporter sur le candidat de l'UMP. 

     

    Le candidat du PRG n'est pas en capacité de rassembler comme il en avait fait le pari. Voilà pourquoi, nous nous adressons aux électeurs qui, à travers ce sondage, ont été tentés de voter "utile". 

    Nous représentons un vote de confiance qui a pour engagement de se rassembler au 2°tour mais qui a pour ambition de peser au 1° tour. Peser sur les choix politiques locaux comme nationaux. Les citoyens peuvent compter sur nous. Ils savent, qu'au delà du 10 juin, Claudine et moi continuerons de "parler vrai" avec nos collègues élus locaux pour défendre leurs intérêts !


    votre commentaire
  • Interpellé par Gérard Tourette de l’association ADMD, voici la réponse que nous avons faite:

     

    ...Votre association milite pour le droit de mourir dans la dignité. Nous, candidats écologistes, sommes évidemment favorables à la loi actuelle dite «Leonetti» qui en a fini avec l’acharnement thérapeutique. Nous sommes aussi favorables à faire évoluer cette loi, qui est souvent ignorée, pour qu’un malade puisse demander, dans des circonstances précises et encadrées, une assistance médicalisée afin de finir sa vie dignement.

    Nous sommes aussi favorables à donner aux services de soins palliatifs les moyens humains nécessaires pour répondre aux besoins des malades.

    Enfin nous pensons indispensable de donner les moyens aux «proches aidants» d’exprimer leur solidarité et de leur permettre d’accompagner les malades (congé spécifique).


     

    Interpellé par le collectif des commerçants, artisans, hôteliers, restaurateurs et industriels d'Onet le Château, voici la réponse que nous avons faite:

     

     

     

    Votre collectif milite contre la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure que le Maire d'Onet le Château souhaite mettre en œuvre sur la commune. La TLPE REMPLACE la taxe sur les publicités frappant les affiches, réclames et enseignes lumineuses (TSA), la taxe sur les emplacements publicitaires (TSE) et la taxe sur les véhicules publicitaires. 

     

    Notre mouvement politique souhaite mieux encadrer l'usage de la publicité que nous jugeons trop envahissante et anarchique. Vous parlez dans votre lettre de "pollution visuelle": nous déplorons, nous aussi, que les entrées de l'Agglomération ruthénoise soient ainsi balafrées par une "jungle publicitaire". Nous déplorons aussi que certains affichages publicitaires soient illégaux. 

     

    Toutefois la question que vous soulevez est la pertinence d'instaurer cette taxe sur une commune en particulier alors que d'autres entreprises situées sur d'autres communes du même bassin d'activités économiques en sont exonérés.

     

    Il me semble en effet nécessaire que la démarche de régulation de la publicité et que sa taxation soient menées à l'échelle de l'ensemble des huit communes de notre communauté d'Agglomération (même si, in fine, ce sont les maires qui agiront par arrêté).  J'avais moi-même demandé que cette question soit harmonisée à cette échelle, solution qui n'a malheureusement pas été retenue par les maires concernés. 

     

    Aujourd'hui, pour sortir d'une situation conflictuelle, un député écologiste, prenant acte du blocage, proposerait un moratoire quant à la mise en œuvre de la TLPE sur la seule commune d'Onet le Château, le temps d'engager sur les huit communes une démarche concertée. Avec pour objectif clairement affirmé d'avoir une taxe harmonisée, juste et progressive, de réguler la publicité et d'en finir avec les situations illégales.

     

    Par ailleurs, un député écologiste ferait évoluer cette loi afin qu'elle ne soit plus facultative (ce qui est discriminant pour les entreprises concernées) et afin que les recettes de cette taxe soient intégralement affectées aux financements d'amélioration du cadre de vie et de préservation des paysages.


    Suite à la sollicitation de Mr Pierre Van Ommeslaeghe, de l'Association "Sauvegarde des Palanges", voici la réponse que nous avons faite.


    Nous voulons rappeler notre engagement passé pour préserver la forêt des Palanges de l'exploitation des mines d'uranium et de charbon.

    La forêt est un milieu naturel où les usagers doivent agir de manière concertée dans l'objectif de préserver ses  équilibres fragiles: la forêt abrite en effet la majeure partie de la biodiversité nationale.  Nous sommes attentifs à ce que toutes les activités économiques (dont l'éolien !) respectent l'environnement en toute circonstance. Ainsi, nous sommes favorables à une exploitation des énergies renouvelables (bois, vent, soleil, géothermie…) qui soit respectueuse de l'environnement. 

    L'enjeu pour nous est de garantir notre société contre le risque nucléaire et contre la dépendance au pétrole. Pour sortir du nucléaire en 25 ans et pour faire face au renchérissement des énergies fossiles qui menacent notre économie, nous sommes favorables à un "mix énergétique renouvelable" dont l'éolien fait partie.

    Il sera pertinent de délimiter les zones dans lesquelles l'éolien est apte à être implanté en tenant compte des différentes contraintes naturelles, urbaines ou économiques: : c'est le travail des élus locaux en lien avec la population et les porteurs de projet.

    Un député écologiste s'attachera à développer un dialogue permanent avec les élus et les associations du territoire pour que les projets éoliens soient partagés par le plus grand nombre dans le respect des règles. Jamais un député écologiste ne travaillera un dossier dans le secret !

     

    Interpellé par le Syndicat CGT-Territoriaux, voici des extraits de la réponse que nous avons faite:

     

    Nous vous remercions pour votre sollicitation.

     

    De façon globale nous estimons que la fonction publique territoriale doit être maintenue et renforcée car elle est le garant de l'indépendance politique des actions de service public et donc de leur continuité lors des alternances électorales. Elle assure la notion de devoir et de droit des agents territoriaux.

     

    Par contre l' organisation au niveau des 36000 communes nous semble dépassée et n'apporte même pas un plus en terme de démocratie, les syndicats territoriaux en ont la preuve au quotidien. C'est bien au niveau des intercommunalités qu'il faut créer un nouvel espace démocratique contrairement à ce qui existe dans la plupart des communes. 

     

    ...

     

    Nous vous proposons de sortir du cadre syndical et d'avoir une vision  politique sur l'organisation territoriale et la création d'une sixième république .

     

    Elle  devrait, en autre, réduire les pouvoirs exorbitants  des maires, des présidents de communauté de communes, de Conseil Généraux ou Régionaux en équilibrant les pouvoirs des conseillers et en créant des contre pouvoirs citoyens. Elle interdira totalement les cumuls de responsabilités rémunérées  et de faire plus de deux mandats consécutifs.

     

    ...

     

    1> Nous sommes favorables à une nouvelle rédaction de la loi territoriale de décembre 2010 en développant la représentation démocratique au sein des intercommunalités qui doivent se développer sur la base de projet de territoires. Le rôle et les compétences des régions et des intercommunalités sont à accroître.

     

    2> Nous sommes en phase avec la création d'une péréquation de la taxe d’habitation, de manière à corriger les disparités en communes. les collectivités locales de la même manière que l'État doivent pouvoir se financer auprès de banques publics centrales et non être otages des banques privées

     

    3> Nous sommes favorables au remplacement des agents partis en congés ou en retraite. Des restructurations de service ou des changement de mission peuvent être envisagés dans le cadre d'une concertation avec les organisations syndicales et les usagers des services publics. 

     

    4> Dans la fonction publique territoriale trop de textes sont à caractère volontaire et non obligatoire comme par exemple les plans pour l'égalité homme/femmes ou tout ce qui concerne le régime indemnitaire. La loi doit s’imposer ! Ceci mettrait fin aux disparités salariales et de conditions de travail importantes entre les collectivités.

     

    ....

     

    5> Nous sommes favorables à des services publics locaux de l'eau et de l'assainissement exploités en régie avec un pouvoir de contrôle accru aux usagers. Nous extrapolons cette démarche au service de production et de distribution de l'énergie, aux services funéraires et à la gestion des déchets.

     

    Nous pensons indispensable de mettre en œuvre une tarification sociale & incitative de l'eau, des déchets et de l'énergie.

     


     

    Interpellé par Olivier Daillut de la FELCO, voici des extraits de la réponse que nous avons faite:

     

     

     

    Votre fédération «La FELCO» regroupe les Centres Régionaux d’Enseignement de l’Occitan qui rassemblent eux-mêmes les enseignants – et usagers, parents notamment – du service public de l’Éducation Nationale. 

     

    Nous partageons les inquiétudes des parents et des enseignants quant aux moyens donnés à l’apprentissage des langues régionales et notamment de l’occitan. Nous partageons le besoin d’inscrire dans les faits la transmission et le développement de ce patrimoine vivant de notre République, conformément, notamment, à la convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, ratifiée par la France en 2006. 

     

    Questions: 

     

    1. La proposition de loi élaborée par l’intergroupe parlementaire sur les langues régionales, réunissant des élus de tous les partis représentés au Parlement préconise une politique volontariste de reconnaissance et de transmission des langues et cultures de France. Vous engagez-vous à soutenir cette loi ? Oui 

     

    2. La reconnaissance des langues de France est inscrite à l’article 75-2 de la Constitution : « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France. » Vous engagerez-vous pour que cet article soit complété de la sorte que la République en garantisse l’usage et la préservation ?  Oui 

     

    3. Êtes-vous favorable à la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires ? Oui  


    Interpellé par le Syndicat de la Librairie Française et ses 12 propositions pour la librairie indépendante, voici la réponse que nous avons faite:

     

    Nous considérons le livre comme un bien de première nécessité et souhaitons y appliquer une TVA favorable.

    Notre programme écologiste est aussi basé sur la préservation et le développement des emplois locaux: les librairies, commerces de proximité, y concourent. Elles contribuent à redynamiser les centre-villes par opposition à certaines implantations de "hard discount culturel" en périphérie. Elles pourraient aussi contribuer à participer aux politiques d'animation culturelle menées par les collectivités territoriales ou par l'éducation nationale.

    Nous sommes attachés aussi à la création et à la diversité culturelle: les différentes maisons d'édition ainsi que les librairies y contribuent. Dans le cadre du prix unique, nous sommes favorables à une juste répartition de la plus-value entre la création, l'édition et la distribution.

    Nous sommes favorables à un travail législatif permettant de garantir un maintien des librairies indépendantes. Nous voulons y associer aussi une politique de soutien à la lecture dans le cadre de l'éducation nationale, des associations d'éducation populaire et d'un service publique local d'accès à la lecture qui reste à généraliser à toutes les collectivités.

     

    Interpellé par le Comité Palestine de Rodez, voici la réponse que nous avons faite:

    Nous sommes favorables à l'existence d'un état palestinien comme le préconise la résolution 242 du conseil de sécurité des Nations Unies. Les écologistes dénoncent la politique de colonisation et demandent la Paix Maintenant avec 2 États, Israelien et Palestinien. Afin de manifester une réprobation nette contre les violations au droit international, nous soutenons la campagne de boycott (BDS) qui vise explicitement à sanctionner économiquement les produits issus des territoires occupés. Le boycott est un mode d'action non violent que se donnent les sociétés civiles en lutte contre un pouvoir aveugle. Nous le considérons comme un mode d'action tout à fait légitime et justifié. De la même façon nous soutenons les travaux du Tribunal Russel qui tire son autorité de la volonté citoyenne de combattre l'impunité et la violation du droit international commises par l'État d'Israël.

    ---------------------------


    "Quelle serait votre première action, une fois élu député ?"

     

    C'est la question que nous avons posé aux passants sur le marché samedi à Rodez, tout en distribuant notre tract.

     

    Notre volonté est de susciter l'envie des citoyens à participer à la vie publique en sollicitant leur avis. Cet exercice montre la disponibilité des citoyens pour peu que les responsables politiques leur permettent de l'exprimer.

     

    Le résultat est là: http://www.youtube.com/watch?v=OfI2gukw7mA

     

     


    votre commentaire
  • C'est l'avantage des campagnes électorales "sur le terrain": on fait de nombreuses et belles rencontres !

    La semaine dernière ce fut, pour moi, l'occasion d'échanger avec du personnel soignant, travaillant auprès de personnes en très grande dépendance. Toutes des femmes ! Avec pour certaines une vie professionnelle entièrement tournée vers la prise en charge de ce handicap.

    La première chose que j'ai retenue, c'est la passion pour leur métier qu'elles exercent avec humilité, avec patience, avec écoute. Car il leur faut du temps pour entrer en communication avec leurs patients, pour les comprendre. C'est un art difficile de soigner et d'accompagner le malade dans le respect de ses attentes, lui qui est prisonnier, parasité par un corps différent et désormais dépendant.

    Et comme un leitmotiv, revient cette incompréhension grandissante qu'elles éprouvent en écoutant les discours politiques qui prétendent "placer l'usager au centre du dispositif de soin", qui veulent s'engager "dans des démarches qualité" mais qui réduisent les moyens nécessaires à ces ambitions.

    Le constat qu'elles font est sans appel : la politique de soin se dégrade et nuit au bien-être de la personne dépendante !

    >Non remplacement des personnels qui partent en retraite ou en congé de longue durée. Et quand ils le sont, ce sont par des salariés n'ayant pas la formation requise;

    >Intervention de personnels libéraux payés à l'acte pour des interventions sur des personnes qu'il faudrait aborder de manière plus paisible et plus globale;

    >"Accueil" des patients en surnombre dans les établissements. 

    Le sentiment d'insatisfaction de plus en plus ressenti par les personnels accompagnants et soignants vient du fait qu'ils ont du mal à faire leur travail, pressés par le rouleau compresseur des choix politiques. Et se pose alors la question de la maltraitance dont une des composantes est effectivement la dégradation des conditions de travail.

    Ces personnels sont préoccupés par le service dû et le service rendu à ces patients très dépendants, au point que la dégradation de la qualité de soins amène certaines à évoquer un changement de métier… malgré leur engagement professionnel important.

     

    En tant que candidat à l'élection législative, je défends qu'il est nécessaire de revenir à une approche humaine, dans des structures vivables de proximité. Vouloir imposer là les critères de rentabilité propre à l'entreprise privée est suicidaire et conduit immanquablement à la dégradation du service rendu aux patients. Je défends qu'il est nécessaire d'avoir un personnel en nombre et qualifié. Plus largement, nous défendons un plan d'action contre la souffrance au travail. Il s'agit de renforcer la démocratie au travail et le pouvoir des institutions représentatives du personnel. Nous sommes convaincus que donner plus de moyens d'action aux salariés leur permettra de mieux défendre le service public dû aux malades.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique