• Combarel chauffé au bois ?

    La reconversion du site Combarel concerne le périmètre de l'ancien hôpital mais aussi celui de la prison, de la maternité et du parking du Conseil Général pour un total de 4,5 ha.


    En concluant un accord politique entre le PS et les Verts en 2008 nous avions négocié une reconversion de ce site sous la forme d'un éco-quartier. Il nous revenait donc, une fois élus, de donner un sens à cette notion écologique. Voilà pourquoi nous avons mis en avant, entre autres aménagements, le "réseau de chaleur au bois". Cela veut dire qu'un ensemble de chaudières "bois et gaz" sera alimenté principalement par du bois (70/80%) ou du gaz (20/30%) et distribuera par l'intermédiaire d'un réseau enterré la chaleur aux 300 logements prévus ainsi qu'aux éventuels équipements (maison de retraite, hôtel, commerces, "quadrilatère",...). 


    Souvenons-nous, par ailleurs, que la la législation évoluant (en bien !), les nouvelles normes imposent des systèmes de construction, d'isolation et de chauffage particulièrement économes en énergie: c'est la fameuse RT 2012 ! Ainsi par exemple, une maison de 100m2 consommera l'équivalent de 500 litres de fioul à l'année pour se chauffer correctement et produire son eau chaude! Une première étude sommaire a conclu à la pertinence économique de ce réseau de chaleur au bois. Comparé avec la solution la moins chère disponible en ville, le bois représente une économie de 17% en intégrant tous les frais d'investissement, de fonctionnement et de maintenance.... Autant dire que l'écologie rejoint l'économie !


    Cette première étude permet aussi de nous alerter sur la pertinence qu'il y aurait à étendre le réseau de chaleur au delà du périmètre de Combarel vers le Foirail et les nouveaux équipements qui y sont déjà ou qui seront construits demain (Musée Soulages, maison de retraite "Bon Accueil", Maison de l'Enfance,...). Cerise sur le gâteau, la Maison de l'Agriculture possède déjà une chaufferie à bois surdimensionnée qui pourrait être reliée à Combarel et fournir le réseau en chaleur. Bénéficier d'un équipement existant permettrait de réduire encore les frais ... Mais cela nécessite de s'entendre sur une gestion partagée entre la ville de Rodez et le propriétaire actuel de la chaufferie... Il faut donc que la commune de Rodez ne tarde pas à se prononcer officiellement sur un mode de gestion du réseau: serait il géré directement par la commune ou délégué à une société privée ?


    Enfin la démarche "éco-quartier" nécessite qu'une concertation élargie soit menée avec la population. La presse s'est fait l'écho de l'invitation, par le maire de Rodez, à des associations comme "Canopée" ou "Action-Environnement" pour participer au comité de pilotage "Combarel". Je trouve cela pertinent mais à ce jour, il n'y a eu aucune réunion avec elles !!! La réussite de notre éco-quartier chauffé au bois aurait pourtant un fort impact en Aveyron en dynamisant la filière bois. C'est toute l'économie locale en partant des agriculteurs, des forestiers ainsi que les métiers du bâtiment qui serait gagnante !  

     

    ++++++++++++++++

    Commentaires.

    Dans un article du Midi-Libre, Hugues Ménatory, a reformulé mon billet avec une tonalité plus politique et incisive (le réseau de chaleur mettrait le feu au poudres...). Personnellement, je ne le crois pas !

    Le débat autour du réseau de chaleur à bois est serein, même si nous (Christian Teyssedre et moi-même) n'avons pas la même appréciation.

    Je fais le choix de m'exprimer car je pense que les citoyens ont besoin d'être associés aux décisions qui les concernent. Franchement, j'aimerais que les sujets soient beaucoup plus débattus en amont des décisions (qui reviennent de toute façon aux élus). Or pour débattre, il faut connaître les enjeux. C'est l'objet de mon activité sur ce blog, par exemple. 

    Bâtir un réseau de chaleur vers Combarel depuis la chaufferie de la Maison de l'Agriculture est une option envisagée par une étude préliminaire rendue récemment. Cela permettrait de répondre à la demande de chauffage pour les 5 premières années de commercialisation des logements prévus (la construction/commercialisation des 300 logements est prévue de s'étaler sur une dizaine d'années). Ensuite, l'étude prévoit que les chaudières seront renouvelées au fur et à mesure de la montée en puissance de la demande de chaleur à Combarel ou sur le Foirail .... C'est une manière de s'adapter à la demande et de diminuer/lisser les coûts de revient !

    J'ai parlé d'urgence, car les travaux avançant sur le foirail il est effectivement important que la ville de Rodez se positionne sur ces options: ces sujets sont en débat depuis plusieurs mois...

    Je ne mets donc pas "la charrue avant les bœufs" : l'ordre logique est bien que, d'abord, la Mairie se positionne sur l'intérêt et le principe du réseau de chaleur depuis la Maison de l'Agriculture, ensuite lance une étude approfondie pour déterminer les aspects techniques, juridiques et économiques, et en final propose au vote du conseil municipal la solution retenue. 

     

    Enfin, contrairement à ce qui est dit dans l'article de presse, aucune étude nouvelle n'est aujourd'hui menée pour approfondir le sujet: ni par l'Agglo, ni par l' Aménageur (et pour cause, il n'est pas encore désigné!), ni par la Maison de l'Agriculture...

     

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :