• Ça ne laisse pas indifférent !

    Il y a les inconditionnels et puis il y a ceux (celles) qui sont viscéralement "allergique".

    Je veux parler du lombricompostage.

    Mon dernier billet présentait entre autre ma petite expérience "familiale". Je dis familiale à dessein, puisque son l'installation fut l'occasion de nombreuses discussions enflammées....Je dois rentre hommage à mon ami Vincent (aujourd'hui exilé à Albi) qui a su convaincre ma famille,.. mes arguments "rationnels" ne suffisant pas !

    Ça va sentir ! Et bien non. Les lombrics font leur affaire de nos restes alimentaires en toute discrétion ! Pas d'odeur pour un lombricomposteur en fonctionnement normal. Si une odeur apparaît (cela m'est arrivé au début), cela traduit un "déséquilibre alimentaire": trop de déchets humides d'un seul coup par exemple. Il suffit alors de corriger en apportant un carton de pizza souillé et le tour est joué ! Bref, après quelques semaines de pratique, no problemo !

    Ç'est dégoutant tous ces vers ! C'est vrai qu'en ouvrant le couvercle, on découvre nos amis en pleine orgie ! Personnellement, je ne trouve pas cela repoussant mais je reconnais que le spectacle de lombrics enlacés en train de se rassasier des épluchures de pommes de terre ou des peaux de banane peut troubler certains... A vrai dire je suis fasciné par la transformation que les lombrics opèrent en silence. Ils transforment nos restes en un terreau riche et nourricier en l'espace de quelques mois... c'est magique ! 

    Ç'est sur ! les vers vont sortir du composteur et envahir l'appartement! Du calme... Au début, quand j'ai démarré, il y avait 500 grammes de vers (fournis avec le lombricomposteur). Aujourd'hui, combien sont-ils ? Des milliers assurement ! J'ai appris (sur un forum) que les lombrics appréciaient particulièrement le marc de café qui est agit sur eux comme un aphrodisiaque (ça tombe bien, nous sommes une famille de caféino-dépendants). Tout ça pour dire que la reproduction des lombrics est particulièrement stimulé ... sans qu'aucun vers ne soit jamais sorti du lombricomposteur. En fait, ils ne supportent pas la lumière et restent donc à l'intérieur. Aucun risque d'envahissement n'est à craindre !

     
    Mon quotidien de lombricomposteur est donc sans embuches ni surprises ! Je me suis muni d'un petit seau pour y recueillir les restes de repas et autres déchets pourrissables et cela afin d'éviter d'aller déranger mes "hôtes" à la fin de chaque repas. Ainsi je les "nourris" tous les 2 jours environ. Comment évacuer le compost produit ? Mes plantes (à l'intérieur et sur mon balcon) et mes voisin(e)s apprécient particulièrement ce noir amendement. J'ai rencontré un passionné de lombricompostage qui a fait des photos comparatives de deux ficus: l'un nourri au compost de lombrics et l'autre sans ce précieux auxiliaire. La différence est flagrante ! 

     
    Avancée de mes recherches et essais pratiques. 

    Première expérience. J'ai renoncé à nourrir mes lombrics de restes de viandes ou de gras. Non pas que cela soit impossible, mais il y a une production d'odeurs gênantes (à l'ouverture du couvercle seulement). Si mon lombricomposteur avait été placé dans une cave ou au garage, j'aurais poursuivi mon essai jusqu'à son terme. L'ayant installé dans ma buanderie, je m'abstiens donc d'y mettre la viande, le poisson ou le gras.

    Deuxième expérience (en cours). Quand j'ai vidé mon aspirateur, j'ai déposé le sac au milieu des épluchures dans mon lombricomposteur , pour voir... Réponse en septembre ou octobre 2011, quand je récupérerai le compost de cet étage (mon lombricomposteur est composé de 4 étages).

    N'hésitez pas à m'écrire pour me faire part de votre avis...  Il serait intéressant de créer un club de "lombricomposteurs" désireux d'échanger ensemble...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :